TRIATHLON DE PARIS 2010 : LA MEMOIRE DU CORPS

Docteur Stéphane Cascua

Le triathlon de Paris 2010, c’est le 18 juillet. Mais mon entraînement sera-t-il suffisant&nbsp,?

OsteopatheAuparavant, j’ai passé 15 jours de vacances familiales dans les Landes. Si le sport quotidien est de mise, un agréable compromis s’impose&nbsp,! Il faut intégrer mon épouse et les enfants aux activités. Les longues pistes cyclables se prêtent bien aux grandes balades à vélo. Pour corser la difficulté, je prends le tandem et ma fille s’installe à l’arrière. Régulièrement, elle m’interpelle&nbsp,: «Papa, je suis fatiguée, je vais mettre les pieds sur le cadre&nbsp,!». De temps à autres, je nage en combinaison dans le lac de SOUSTON et mon fils me suit en kayak. En alternance, je cours avec ma femme et mes garnements. Parfois, je m’échappe pour un laborieux travail de «seuil» à VTT.

C’est sympa, assidu&nbsp,mais un peu juste et pas toujours très spécifique ! Le jour de la compétition, ça passe avec aisance&nbsp,: 2H46 pour 1500 mètres de natation, 40 kilomètres à vélo et 10 à pied&nbsp,dont 4 fois le TROCADERO ! Le décor de la capitale est somptueux et le bonheur est complet&nbsp,!

Voilà des années que je m’entraîne un peu tous les jours en variant les sports. Je découvre avec satisfaction que j’encaisse sans souci de grosses sollicitations ! A force de répéter mon organisme se souvient. C’est la mémoire du corps&nbsp,!